Festival du Jura

Orchestre Symphonique Bienne Soleure

Orchestre Symphonique Bienne Soleure

28 septembre 2017 - 20:00

St-Imier - Salle des spectacles

Orchestre Symphonique Bienne Soleure

Renaud Capuçon, violon

Direction : Georges Zaugg

Orchestre Symphonique Bienne Soleure

L'Orchestre Symphonique Bienne Soleure
L'Orchestre Symphonique Bienne Soleure

L’Orchestre Symphonique Bienne Soleure est aussi un invité privilégié du Festival du Jura qu’on ne présente plus.

Renaud Capuçon, violon

Renaud Capuçon
Renaud Capuçon

On ne présente plus aussi Renaud Capuçon, la star mondiale du violon. A Porrentruy, il a donné un somptueux récital en 2015. Deux ans plus tard, il revient en soliste interpréter un concerto de Mozart.

Renaud Capuçon joue partout dans le monde. Plus de 140 concerts par année. Parallèlement à son extraordinaire carrière, il s’investit beaucoup en tant qu’animateur ou directeur artistique.

Les Hébrides ou la Grotte de Fingal, opus 26, est une célèbre ouverture composée par Félix Mendelssohn (1809-1847) au cours de l’hiver 1830-1831. Le thème de cette pièce symphonique, élaboré en Ecosse durant l’été 1829, évoque le souvenir d’une excursion que le compositeur avait faite à l’île de Stoffa, où se trouve la célèbre grotte de Fingal. Cette œuvre n’a rien d’une musique descriptive, elle relève d’une vision impressionniste avant la lettre. La première exécution eut lieu à Londres le 14 mai 1832, sous la direction du compositeur.

Composé à Salzbourg en 1775, le concerto pour violon et orchestre no 3 en sol majeur de W-A. Mozart (1756-1791) est le plus connu de ses cinq concertos pour violon. L’œuvre s’inscrit dans le style galant que le compositeur transcende par une invention mélodique inépuisable. Le premier mouvement, allegro, déroule un long et magnifique intermède. L’adagio, développant son premier thème, se révèle magistral par son empreinte lyrique teintée de pathétisme. Selon la correspondance du musicien, le rondo final offre, en raison d’une mélodie populaire strasbourgeoise, un pot-pourri à la française.

La symphonie No 3 « Ecossaise » en la mineur op. 56 est l’une des œuvres orchestrales les plus connues de Mendelssohn. Le jeune compositeur en a eu l’idée lors d’un voyage en 1829 en Grande-Bretagne où il se fit apprécier par l’entourage de la future reine Victoria. Interrompu dans sa composition par un voyage en Italie, il ne reprendra la partition que douze ans plus tard, pour finalement l’achever en 1842 à Londres. Elle fut créée le 3 mai 1842 à Leipzig où elle remporta un franc succès.

Œuvres de Mendelssohn et Mozart

Conseil du Jura bernois
Swisslos
Commune de St-Imier
Camille Bloch SA
La Goule
BCBE
Fondation Sandoz
Fondation Johanna Dürmüller-Bol
Fondation Vinetum
RJB
Journal du Jura
CCL