Festival du Jura

Kammerorchester Basel

Kammerorchester Basel

23 septembre 2017 - 20:00

Delémont - Eglise St-Marcel

Kammerorchester Basel

Sabine Meyer, clarinette

Emmanuel Pahud, flûte

Direction : Giovanni Antonini

Kammerorchester Basel

Kammerorchester Basel
Kammerorchester Basel

Les présentations ne sont plus à faire. Les mélomanes connaissent le Kammerorchester Basel, un heureux habitué du Festival du Jura. Un orchestre créatif de haut niveau, renommé en Europe pour ses concerts pleins d’énergie et de passion. Il accompagnera deux stars mondiales, Emmanuel Pahud, flûte, Sabine Meyer, clarinette. La troisième star de la soirée sera Giovanni Antonini, le chef titulaire.

Sabine Meyer, clarinette

Sabine Meyer
Sabine Meyer

Sabine Meyer a été clarinette solo de l’Orchestre philharmonique de Berlin, à l’époque d’Herbert von Karajan, avant de poursuivre une carrière de soliste. Elle pratique également intensément la musique de chambre. Sabine Meyer est aussi clarinette solo de l’Orchestre du Festival de Lucerne, ensemble refondé par Claudio Abbado  en 2003. Elle est devenue célèbre pour avoir, malgré le soutien inconditionnel de Karajan, donné sa démission de l’Orchestre philharmonique de Berlin à cause de machisme éhonté des musiciens.

Emmanuel Pahud, flûte

Emmanuel Pahud
Emmanuel Pahud

Emmanuel Pahud, né en 1970, débute ses études musicales dès l’âge de six ans. Il obtient son 1er Prix au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Il remporte les 1er Prix d’importants concours internationaux et devient première flûte de l'Orchestre philharmonique de Berlin en 1993, un poste qu’il occupe toujours aujourd’hui. En 1998, il est élu soliste instrumental de l’année aux Victoires de la musique. Il donne de nombreux récitals et concerts avec des orchestres et des chefs de premier plan dans le monde entier. Il est l’invité des plus importants festivals.

Giovanni Antonini, direction

Né à Milan, Giovanni Antonini fit ses études musicales à la Civica Scuola di Musica de sa ville natale et au Centre de Musique Ancienne de Genève. Il est un des membres fondateurs de l’ensemble baroque « Il Giardino Armonico » qu’il dirige depuis 1989. A la baguette ou en soliste (flûte à bec et flûte traversière), il s’est produit dans les plus grandes salles et dans des festivals prestigieux. Il poursuit une fructueuse collaboration avec le Kammerorchester Basel. En 2004, Sir Simon Rattle l’invite à diriger les Berliner Philharmoniker dans un programme d’œuvres baroques et classiques. Giovanni Antonini est appelé à diriger les meilleurs orchestres en Europe. Il est évidemment régulièrement invité à diriger, chez lui, à la Scala de Milan.

Le titre de la symphonie No 30 en do majeur « Alleluia » de Joseph Haydn (1732-1809) est justifié par l’utilisation du thème grégorien de l’alleluia. Il n’est pas exclu que la symphonie ait été destinée à une célébration civile ou religieuse comme c’était le cas pour de nombreuses autres symphonies de Haydn. Dans cette œuvre brève, d’une rare beauté, où le compositeur utilise pour la dernière fois la forme tripartite réunissant le menuet et le finale en un seul mouvement, les signes d’une maturité acquise au cours d’un inlassable travail sont évidents.

Le compositeur parisien François Devienne (1759-1809) fut connu comme flûtiste, bassoniste et enseignant. Il laisse un catalogue impressionnant constitué de partitions de musique de chambre, des opéras et des œuvres symphoniques. Il composa quatorze concertos pour flûte dont le concerto No 7 en mi mineur. Il fut l’un des plus célèbres flûtistes français et l’un des professeurs fondateurs du Conservatoire de Paris. Son contemporain Mozart, durant son séjour parisien, a assisté aux « Concerts spirituels » où Devienne jouait souvent ses compositions.

Les deux arias de concert KV 79 et KV 419 de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) sont à l’origine des œuvres pour soprano et orchestre. Le compositeur et arrangeur allemand Andreas Tarkmann a transcrit ces deux pages pour clarinette et orchestre.

Les compositions religieuses et instrumentales assurèrent à Franz Danzi (1763-1826), en Allemagne, la réputation d’un brillant compositeur. Parmi ses œuvres pour orchestre, il composa la symphonie concertante pour flûte, clarinette et orchestre op. 41. Même s’il reçut quelques leçons par l’abbé Voegler, Danzi trouva seul les clés de l’écriture musicale. A l’âge de douze ans, il avait déjà écrit plusieurs pièces pour violoncelle, instrument qu’il pratiquait dès son jeune âge. A l’adolescence, il fut admis à l’orchestre du prince de Mannheim. Plus tard, en tant que chef d’orchestre, il entreprit avec sa femme cantatrice, plusieurs voyages en Europe. Par son style, on considère François Danzi comme l’un des pionniers du romantisme.

La symphonie No 24 en ré majeur de Haydn a été écrite pour une flûte, deux hautbois, un basson, deux cors, les cordes et le clavecin. Le langage de Haydn est si sincère, la traduction de ses sentiments de liberté et de joie est tellement intense et immédiate, que l’on a du mal à croire à l’existence même de cette musique, où la poussée de pensée musicale plonge l’auditeur dans un état proche de la frénésie. 

Œuvres de Haydn, Devienne, Mozart et Danzi

Loterie Romande
Ville de Delémont
Services Industriels de Delémont
UBS
RWB Jura SA
CCRD
HRS Real Estate SA
RFJ
Le Quotidien Jurassien
RTS